Nos Etoiles Contraires

Publié le par LaetiiChOùuxx

Nos-etoiles-contraires-de-John-Green-couverture.jpg

Résumé : Hazel, 16 ans, est atteinte d’un cancer. Son dernier traitement semble avoir arrêté l’évolution de la maladie, mais elle se sait condamnée. Bien qu'elle s'y ennuie passablement, elle intègre un groupe de soutien, fréquenté par d'autres jeunes malades. C’est là qu’elle rencontre Augustus, un garçon en rémission, qui partage son humour et son goût de la littérature. Entre les deux adolescents, l'attirance est immédiate. Et malgré les réticences d’Hazel, qui a peur de s’impliquer dans une relation dont le temps est compté, leur histoire d’amour commence… les entraînant vite dans un projet un peu fou, ambitieux, drôle et surtout plein de vie.

Mon avis :

Ce livre est partout, sur tous les rayons des "livres les plus vendus" de la semaine ou du mois dans presque toutes les librairies et revendeur (je l'ai vu notamment à Gibert Joseph et à la Fnac), on ne parle que de lui, surtout depuis la sortie de l'adaptation ciné ! Et pourtant, si mes deux amies les plus proches ne l'avait pas lu et ne me l'avait pas fortement conseillé, je ne serais probablement jamais allée à la bibliothèque l'emprunter et je ne l'aurai sûrement jamais ouvert. Pas que je n'aime pas les histoires d'amour, loin de là, ou les livres qui parlent de cancer (même si je n'en ai jamais lu d'autre), mais ce livre est le genre de livre dont tout le monde parle et qu'on veut oublier au bout d'un moment. Pourtant, parce qu'aussi l'adaptation ciné me tente (j'aime beaucoup les acteurs principaux), je m'y suis mise, et je ne regrette pas, même si je n'ai pas été émue au point de pleurer comme la majorité des personnes qui ont adoré cette histoire.

On entre directement dans l'histoire et, grâce à la narration à la première personne, dans la tête d'Hazel, jeune fille de 16 ans. A la première page, on apprend que ses parents la pensent en dépression à cause de son cancer de la thyroïde qui s'est vite étendu à ses poumons, lesquelles sont hors service, l'obligeant à être sous bombonne d'oxygène 24h24. Hazel voudrait uniquement pouvoir rester dans sa chambre, lire, s'occuper mais ses parents la force à se rendre à un groupe de soutien pour enfants cancéreux. C'est à une des réunions de ce groupe qu'apparait Augustus, venu pour son ami Isaac. Augustus est un jeune homme de 17 ans ayant été atteint d'ostéosarcome qui est en rémission depuis plus d'un an. Ce dernier semble fasciné par Hazel, la fixe du regard et elle est loin d'être insensible à ce regard. Débute alors une histoire d'amour lente, compliquée, à cause du cancer mais pourtant, très belle, les deux personnages vivent une relation pleine de tendresse et d'humour, jusqu'à la fin.

Nos Etoiles Contraires n'est pas un coup de cœur pour moi, même s'il n'est pas passé loin de l'être. En effet, quand je l'ai commencé, j'ai très vite été happée par l'histoire, je suis très facilement rentrée dans les pensées d'Hazel. J'ai lu très vite la moitié du livre avec beaucoup de plaisir, Hazel a une forte personnalité, très originale. Après sa rencontre avec Augustus, le plaisir de lire a été encore plus grand grâce aux dialogues très rythmés et aux excellentes répliques. J'ai même eu envie d'en apprendre certaines par cœur tellement elles étaient bien écrites, le style de John Green est extrêmement plaisant à lire et très fluide. J'ai beaucoup aimé notamment les débuts de la relation entre Hazel et Augustus, le fait qu'ils s'échangent leur lecture favorite, est quelque chose que j'aimerai moi-même beaucoup faire avec un garçon qui me plairait. Etant une fille du même âge (ou presque) qu'Hazel, j'ai aussi apprécié et me suis identifié à ses pensées et impressions sur Augustus, ses réflexions de fille qui tombe amoureuse. Leur relation est très mignonne (les appels au téléphone, les répliques parfois très révélatrices de leurs sentiments, leurs actions) tout en étant relativement complexe, ce qui rend l'histoire d'autant plus intéressante.

Les personnages, comme la plupart du temps dans des romans d'amour, sont une grande force du livre. Hazel est une jeune fille dans laquelle je me suis beaucoup reconnue, elle est souvent défaitiste de par son cancer, elle souffre, mais elle n'oublie pas de profiter des instants de sa vie. Elle est cultivée, elle est réfléchie, elle est intelligente, elle est jolie, comment ne pas s'attacher à elle ? Bien évidemment, elle a aussi des défauts, qui ne rendent pas son histoire de cœur facile mais le contraire aurait été bien ennuyeux ! Quant à Augustus, que dire ? J'ai quasiment instantané craqué sur lui ! Non pas juste parce qu'il est décrit comme un mec canon, avec beaucoup de charmes et des traits attirants, mais pour sa personnalité surtout. Il est dynamique, il est blagueur, il est jovial, c'est un bon ami mais il a aussi des peurs, des envies parfois égoïstes, il parait en somme très humain et très concret, ce qui n'est pas si souvent que cela le cas dans des romans du genre. Et puis, un garçon qui lit, même des adaptations livresques de jeux vidéo, vaut de l'or selon moi ! J'ai très vite détesté Peter Van Houten, je ne l'ai compris à aucun moment du roman, et je ne vais même pas m'attarder sur son personnage. Par contre, j'ai beaucoup aimé Isaac, l'ami d'Augustus (puis aussi d'Hazel), qui malgré ce qu'il traverse, arrive à tout surmonter et à continuer à essayer de profiter de la vie.

L'amour n'est évidemment pas le seul thème de ce livre, ce livre parle aussi de cancer. Je dois dire que j'ai eu du mal à réellement comprendre ce que vivaient les personnages, je me suis sentie triste, parfois dépitée, et même très affectée mais leur situation ou plutôt la tournure de l'histoire m'a fait non pas décroché mais m'a moins accroché à un moment donné et même si je prenais toujours plaisir à lire le livre, je n'étais plus aussi happée par l'histoire qu'au début et je pense que c'est pour ça que je n'ai pas versé une seule larme malgré la situation qui s'y prêtait franchement. De plus, l'état d'Augustus vers la fin du roman m'a certes beaucoup attristé mais m'a aussi mise mal à l'aise, étant peu habituée à la maladie, même fictive. Cependant, cette histoire est surprenante d'humour, surtout pour le sujet traité, même si après ce que j'en avais entendu parler, je m'attendais à un peu plus d'humour (l'inconvénient des livres très plébiscités).

Pour conclure, ce roman est à lire, ne serait-ce que pour se faire son propre avis sur ce petit phénomène. L'histoire est très bien écrite, sans longueurs et prenante dès le début. Les personnages sont originaux et très attachants, certaines réflexions sont très intéressantes et pour certaines répliques, cette histoire mérite amplement tout l'engouement qu'elle suscite. Je suis pressée de voir l'adaptation cinématographique, également encensé par beaucoup.

Ma Note : 16/20

Publié dans Romans Jeunesse

Commenter cet article